Conférence Débat : Démocratie de participation et Mondialisation

Alternative Clamartienne et ATTAC Clamart ont organisé deux conférences débats.

La première avait pour thème la démocratie de participation, la seconde la mondialisation.

1.      La démocratie de participation

Ce débat avait pour objet de nourrir la réflexion sur l’exercice de la démocratie de participation alors que se mettent en place les premiers comités de quartiers à Clamart.

Deux personnalités étaient invitées : Emmanuel Dupont (Délégation interministérielle à la ville) témoignait de son expérience, du fonctionnement des comités de quartiers et des difficultés auxquelles ils peuvent être confrontée et Alain Lecourrieux (ATTAC) venu expliquer comment se fait l’élaboration des budgets participatifs à Porto Alegre, où 65% du budget de la ville est construit par les habitants.

Les comités de quartier

Les dispositifs qui ont été mis en place dans le cadre de la politique de la ville ont fait apparaître les limites des comités de quartiers en tant qu’outils de démocratie de participation.

Il semble qu’à terme, l’objectif atteint soit davantage de faire participer les personnes en situation d’exclusion à la coproduction de projets qu’à créer du lien social.

Ces expériences ont été concluantes sur le plan de l’insertion, mais la vigilance s’impose sur un certain nombre de questions :

-         quelle est la garantie sur l’accès à l’information ?

-         comment et où se prend la décision ?

-         comment faire des comités de quartiers de véritables lieux de débat, dont le but est de convaincre l’autre de son idée ?

-         comment articuler entre eux les différents comités de quartiers, les faire travailler et produire ensemble ?

-         comment faire coexister l’absence de structuration et de formalisme, le plus souvent souhaitée par les participants aux comités de quartier, avec les nécessités de la délibération, de la régulation de la parole, de la prise de décision ?

-         comment enfin, organiser l’articulation avec la municipalité ?

L’élaboration des budgets participatifs à Porto Alegre

C’est un processus dont la mise en place prend beaucoup de temps (5 à 10 ans), et qui fonctionne dans un cadre très rigoureusement défini : calendrier annuel, règles révisées chaque année.

La démarche s’articule autour de principes et de règles visant à la préserver des pathologies de la démocratie : clientélisme, esprit de clocher, discontinuité. L’objectif est de faire surgir l’intérêt général, et, pour l’atteindre il convient d’établir des règles, de mettre en œuvre des moyens, et de s’assurer que les élus soient des médiateurs et non pas des manipulateurs.

2.      La mondialisation

Le président d’ATTAC, Bernard Cassen, a dressé la liste de quelques-uns des méfaits de la mondialisation. Il a notamment expliqué comment, au nom de la liberté (de circulation des capitaux, du commerce, des investissements), est mis en place un mécanisme qui aboutit à l’enrichissement des plus riches et à l’appauvrissement des plus pauvres. Il a proposé les directions de solutions alternatives : cohésion sociale, échange des idées et des productions culturelles, taxation des flux de devises, protection des agricultures locales…

Face à la dictature des marchés, des archipels de résistance peuvent aussi s’organiser au niveau local, et chaque acte concret apporte sa pierre à l’édifice.

Isabelle Khun