« Rien de pire que la fausse concertation ! » préviennent lucidement les Clamartois qui s’investissent dans les comités de quartier. Et ils ont raison. Il serait navrant que la volonté affichée par l’équipe municipale de faire participer les habitants aux choix importants de la ville ne soit qu’une façade. Deux dysfonctionnements nous alertent ces derniers temps :

1)      Aucune publicité par la ville autour du débat publique sur les orientations budgétaires. Résultat : 15 personnes. Ca n’intéresse pas les Clamartois de savoir comment la ville va financer ses projets ? Ou n’a t-on pas souhaité vraiment qu’ils s’y intéressent ?

2)      Deux journées de débat prévues sur l’urbanisme. Beaucoup de « pub ».  Du « beau monde » à l’affiche. Les élus Clamartiens doivent batailler pour obtenir un atelier sur « les nouvelles formes de concertation en urbanisme ». Des experts de qualité sont pourtant disponibles pour intervenir. L’enjeu est de taille. Alors pourquoi cette réticence ? Ces journées sont elles plus qu’une belle opération électorale ? Le programme final nous donnera la réponse.