Nous avons tous besoin de services publics

Lors de chaque situation climatique hors norme (intempérie, canicule…), chacun loue la présence des agents du service public et compte sur son efficacité. Le facteur qui malgré la neige distribue le courrier, l'agent EDF qui rétablit une ligne défectueuse, l'infirmière qui répond aux urgences, l'agent communal qui sable la route enneigée... autant d’activités indispensables à toute vie sociale, professionnelle et personnelle. Pourtant, de directives européennes en décrets ou lois, nos services publics sont affaiblis, remis en cause au nom d'une logique comptable ou au nom de la sacro sainte "libre concurrence dans le cadre d'une économie de marché" comme l'imposerait la constitution européenne. Le résultat en est la disparition de bureaux de poste, d'agences EDF, de gare SNCF, de classes, et parfois d'écoles, dans nombre de régions.

Clamart n’échappe pas à cet affaiblissement des services publics : de nombreux postes sont supprimés dans les bureaux de la Poste, à l'hôpital Béclère, au centre EDF, bientôt à la gare SNCF, et tout cela au nom de la rentabilité. Pouvoir recevoir le courrier, l'eau, le gaz, l'électricité au même prix où que l'on soit, demande une mutualisation des coûts évidemment contraire à la recherche de la rentabilité immédiate, qui finit par se faire au détriment des services rendus. C'est pourquoi Alternative clamartienne, qui milite pour la défense des services publics, vous invite à participer à la réunion d’information du 14 avril, organisée par les agents des services publics de Clamart.